Le cheval de trait percheron

Côté grans public, il arrive en tête. Exporté partout dans le monde, il connait un veritable engouement au Japon et aux Etats-Unis.

Un trait de Légende

On dit que le cheval du Perche (son bassin d’origine) est un  » cheval arabe grossi par le climat et la rusticité des services auxquels il a été employé depuis des siècles ». En effet, l’histoire raconte qu’après la victoire de Charles Martel sur les Arabes à Poitiers en 732, les pur-sans confisqués furent croisés avec de solides juments du Perche.

Au XIX éme siècle, le percheron est de tous les labeurs : cheval fétiche des compagnies d’omnibus (environ 20000 percherons seront utilisés dans la capitale), il officie également devant la charrue ou tire les wagons dans les mines.

A la fin du XIX ème siècle, le percheron est à son apogée et le nom des meilleures juments est aussi connu que ceux des pur-sang stars des hippodromes.

Les temps modernes

Durant la première moitié du siècle, on le retrouve partout. Le premier conflit mondial l’utilisa en grand nombre pour l’artillerie lourde. Jusqu’à la veille de la deuxième guerre mondiale, il sera exporté jusqu’en Afrique du sud, Australie et Nouvelle Zélande.

En 1947, le plan Marshall qui favorise la motorisation va bridé le percheron. Sa production va fortement diminuée au fur et à mesure de l’arrivée des tracteurs dans les champs.

 A partir des années 1970, il n’est plus élevé que pour la viande. Un tiers des chevaux de trait, en France, sont des percherons. Des percherons bien différents de leurs ancêtres, car alourdis pour satisfaire les maquignons. Alors que l’élevage redémarre dans les années soixante, aux Etats-Unis. Il faudra attendre 1990 pour observer le même regain en France.

Ce sont tout d’abord les activités de loisir,d’attelage et de cheval monté, qui lui ont fait remettre le pied à l’étrier.

Puis,le cheval percheron a opéré un retour dans des secteurs où il n’était plus qu’un lointain souvenir: travail en petite agriculture, en viticulture, en zones boisées sensibles. La campagne mais aussi les milieux urbains lui ont proposé une nouvelle gamme d’activités (transport de personnes, entretien d’espaces verts, collecte de déchets.) 

La Société Hippique Percheronne de France rassemble les éleveurs, les utilisateurs et les passionnés du cheval Percheron. Elle est l’association nationale de la race percheronne, agréée par le Ministère de l’Agriculture.

A lire également : le trait Auxois, un cheval sauce Bourguignonne et Le Cheval de trait comtois

Laisser un commentaire