La biodiversité des animaux de ferme en péril.

Chaque semaine, le monde perd deux races de sa précieuse diversité des animaux d’élevage.

Les fonctionnaires du Groupe des Ressources zoogénétiques de la FAO s’efforcent de faire prendre conscience de la menace. Et depuis quelques années, des voix s’élèvent dans l’élevage pour repenser la sélection animale en adéquation avec des systèmes agricoles durables, paysans et biologiques.

S’inspirant de l’exemple du végétal et des semences paysannes, des éleveurs et éleveuses s’organisent pour envisager une autre approche de la diversité animale domestique. Il est nécessaire de faire un meilleur usage des races locales.

Le facteur le plus important influant sur la diversité des animaux de ferme est la mondialisation des marchés du bétail. Face à la demande croissante, la réponse actuelle est un système de production intensif basé sur seulement quelques espèces et races d’animaux.

Par exemple, un nombre très limité de races commerciales garantit plus d’un tiers de l’offre mondiale de porc, tandis qu’une poignée de races pondeuses commerciales assurent quelque 85% de la production d’œufs.

Et pourtant les chiffres du dernier recensement, effectué dans 170 pays; répertoriait 6 500 races de mammifères et oiseaux domestiques: bœufs, chèvres, moutons, buffles, yaks, cochons, chevaux, lapins, poulets, dindes, canards, oies, pigeons et autruches.

La préoccupation liée à la perte de ressources génétiques a incité certains pays à prendre des mesures correctrices. Par exemple:

  • Indonésie : Les bovins de Bali sont conservés grâce à un programme dans le milieu naturel et à la cryoconservation du liquide séminal
  • Maroc : des restrictions rigoureuses limitent la sélection croisée des ovins locaux avec des animaux d’importation
  • Chine : Après la découverte, grâce à des enquêtes, de 79 races auparavant inconnues, le gouvernement a créé des zones de conservation et des banques de gènes pour la cryoconservation
  • Afrique du Sud : des taureaux indigènes Nguni, bien adaptés aux conditions de production locales, sont fournis aux gardiens de troupeaux dépourvus de ressources.
  • France : on dénombre environ 70 initiatives de préservation de la diversité animale agricole : association de races à faible effectif, conservatoires des ressources génétiques, groupements d’éleveurs, auquel il faut ajouter des initiatives individuelles ou collectives locales difficiles à recenser.

Laisser un commentaire